Vigilance Citoyenne: la première des protections contre les moustiques

Le premier axe de vigilance concerne d’abord et avant tout les « gîtes larvaires » : ces retenues d’eau où les moustiques femelles pondent leurs centaines d’œufs.

C’est pourquoi toutes les collections d’eaux « calmes » doivent être surveillées, renouvelées ou tout simplement vidées. Elles peuvent être :

-          Naturelle : creux d’arbre, marécage, inondation

-          Accidentelle : travaux…

-          Urbaine (le moustique tigre en particulier est une espèce qui se développe dans les milieux urbain :

  • Jardins (privés ou publics) mais aussi dans les jardineries professionnelles
  • Coupelles sous les pots de fleurs, canalisations d’eaux usées ou gouttières bouchées, pneus usagés, vases (pensez à changez l’eau une fois par semaine minimum), bidons, bâches, poubelle à ciel ouvert, brouette, et tout objet susceptible de retenir de l’eau de pluie : il suffit de très peu !
  • Les récipients impossibles à vider (puits, cuves de récupération d’eaux de pluie) peuvent être couverts de toiles de moustiquaire.

La vigilance est la première défense contre la prolifération des moustiques !Or, les moustiques ne connaissant pas la frontière public-privé, ils trouvent ces retenues d’eau dans des espaces publics (jardin, bâtiments…) ou privés (jardins privés, co-propriétés, vide sanitaires…). Les pouvoirs publics se chargeant des domaines publics, les personnes privées doivent s’organiser pour gérer leurs espaces privés…

C’est pourquoi nous militons pour la vigilance citoyenne ; Plus nous serons nombreux à être vigilants, plus nous serons efficaces !

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA