La vie d’un moustique

Ponte et prolifération du moustique

Les moustiques s’accouplent le plus souvent en plein vol. La femelle ne s’accouple qu’une seule fois. Dans des conditions de température et d’humidité optimales, elle prend un repas de sang toutes les 48 heures. Ce repas lui permet chaque fois de développer une portée de 200 œufs environ. Ainsi une femelle qui vit environ un mois peut théoriquement prendre 15 repas de sang et pondre environ 3000 œufs. Les pontes s’effectuent à la surface de l’eau pour la grande majorité des moustiques, sauf pour les moustiques qui pondent sur un support humide appelé à être immergé par la suite dans l’eau (comme par exemple, les oeufs d’Aedes, qui peuvent persister dans cet état de dormance pendant plusieurs années en attente d’une inondation.

Le moustique naît dans l’eau

Dans l’eau, les œufs pondus isolés ou groupés par paquet de 50 à 200, vont flotter le temps que l’embryon se développe, environ une semaine en été, mais plusieurs mois en hiver. L’éclosion de chaque œuf donne une larve qui ressemble à un têtard microscopique (photo larve) et qui vit dans l’eau. La larve subit 4 mues avant de devenir une nymphe (photo nymphe) d’où émergera le moustique adulte (photo émergence) en deux semaines environ. Le moustique adulte quitte la surface de l’eau et commence sa vie d’insecte volant. Lorsque les conditions de températures sont moins favorables, la durée de ce cycle peut augmenter considérablement et permettre par exemple au moustique de passer l’hiver à l’état de larve
Dans quelles eaux prolifèrent les moustiques ? Des pépinières aux eaux usées, la vigilance commence par les gîtes larvaires.
On trouve des larves dans toutes les collections d’eau où elles peuvent se nourrir : marécage, égouts, creux d’arbres, vieux pneus, bassins divers, fût d’eau de pluie, …, mais pas dans les eaux courantes, ni dans les piscines ou dans la mer. Selon les espèces, ces gîtes peuvent s’étager du bord de la mer, à des altitudes élevées (mais rarement au-dessus de 1500 mètres), dans des zones dépourvues de végétation ou bien des zones très ombragées, dans des eaux douces, ou polluées, ou parfois saumâtres. Dans certaines conditions, la densité larvaire est telle que les larves peuvent occuper la totalité de la surface du plan d’eau.
En milieu urbain, l’été, il n’est pas rare de voir des foyers de piqûres à proximité des grandes enseignes de magasin pour le jardin.

A part le sang, de quoi se nourrit un moustique ?

Dès leur émergence, les moustiques femelles cherchent un hôte pour piquer et effectuer leur premier repas de sang, même si elles peuvent aussi de nourrir de nectar qu’elles prélèvent de préférence au crépuscule. Les mâles, eux, se contentent de sucs de végétaux ou de sucre. (cf article sur les piqures de moustiques)

Combien de kilomètres peut parcourir un moustique ?

Ça dépend, s’il y a du vent …
Si les conditions sont favorables, certaines espèces vont rester sur place. D’autres sont capables de faire une quinzaine de kilomètres (surtout si les vents sont chauds et humides), en quête d’un hôte…car ce sont surtout les femelles qui voyagent.

Où sont les moustiques l’hiver ?

Sous forme d’œuf, de larve ou au stade adulte, l’hiver, le moustique…hiberne. Les femelles se réfugient souvent dans des lieux abrités (caves, bergeries…) et arrêtent de pondre, tant que la belle saison n’est pas revenue (voir article « saison des moustiques »).

Quelle est la durée de vie d’un moustique ?

En général la vie d’un moustique se compte en jours, voire en semaines (c’est le cas des culex, l’espèce qui gâche nos vacances d’été en France, qui vivent 2 à 3 semaines). Mais certaines espèces qui savent hiberner peuvent vivre plusieurs mois,… sauf rencontre avec une tapette, un insecticide, où la main de l’homme…, source d’accident mortel pour le moustique.