Carte de France 2015 des moustiques Culex et du Virus du Nil occidental

Le virus du Nil occidental (en anglais West Nile virus) est principalement transmis à l’homme par la piqûre de moustiques du genre Culex. Il a été découvert pour la première fois en 1937 chez une femme souffrant d’une forte fièvre en Ouganda.
Il entraîne une fièvre brutale, parfois associée à des complications neurologiques qui peuvent être sévères chez de nombreuses espèces animales. Il est responsable de cas humains mortels comme il a été observé en Grèce continental, en Italie du Sud et aux Etats-Unis (source Institut pasteur).
Les oiseaux constituent le réservoir habituel du virus du Nil occidental. Les moustiques s’infectent en piquant des oiseaux eux-mêmes infectés, puis peuvent contaminer l’homme ou des herbivores domestiques (en particulier le cheval) lors d’une nouvelle piqûre. Il est important de souligner qu’il n’y a aucune transmission directe du cheval à l’homme ni de l’homme à l’homme.

Le virus du Nil occidental en France métropolitaine

Le moustique Culex est présent partout en France métropolitaine. Les premiers cas humains et équins d’infection par le virus du Nil occidental ont été rapportés au début des années 60. Il faudra ensuite attendre les années 2000 pour que le virus soit à nouveau retrouvé chez des chevaux. Ainsi, des épidémies d’encéphalite chez le cheval ont été observées en Camargue en 2000 et 2004 ainsi que dans les Pyrénées orientales en 2006, mais également en Guadeloupe en 2002. Enfin, en 2003, 7 cas humains ont été recensés dans le Var.
Depuis sa première identification en Afrique de l’Est, le virus a été identifié sur l’ensemble des continents. Aujourd’hui, l’institut Pasteur considère qu’il est endémique dans le pourtour méditerranéen, en Europe Central et en Amérique du Nord.

Un plan de surveillance sur le pourtour méditerranéen

Chaque année, entre le 1ier juin et le 31 octobre, une surveillance renforcée et multidisciplinaire est mise en place sur tout le pourtour méditerranéen (Pyrénées-Orientales, Aude, Var, Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Corse), afin de détecter précocement une circulation du virus du Nil occidental et de pouvoir rapidement mettre en œuvre des mesures de contrôle. Cette surveillance est coordonnée par la Direction générale de la santé et la Direction générale de l’alimentation avec la participation de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et des Cellules interrégionales d’épidémiologie (Cire), des Agences régionales de santé, du CNR des arbovirus et son laboratoire associé, du Laboratoire national de référence de l’ANSES, des Directions départementales des services vétérinaires, de l’EID et de l’ONCFS

Carte France et DOM Culex_West Nile mars 2013-Vigilance-moustiques.com