Carte du chikungunya dans le monde

Le mot « chikungunya » est d’origine africaine et signifie en swahili « celui qui marche courbé en avant », ce qui évoque les principaux symptômes de la maladie. La première épidémie due au virus chikungunya a été décrite en Tanzanie en 1952. Depuis la maladie a continué à évoluer sur un mode épidémique en Afrique, en Asie et dans l’Océan Indien. Elle a récemment fait son apparition en Europe.

Transmission par les moustiques du genre Aèdes (moustique Tigre)

Le virus chikungunya est transmis à l’homme par la salive du moustique du genre Aedes (principalement albopictus ou encore moustique tigre ou Aedes aegypti ).
Ces moustiques piquent dans la journée et à l’extérieur, mais Aedes aegypti pique aussi à l’intérieur des bâtiments : leur activité est maximale tôt le matin et en fin d’après-midi.
La maladie ne se transmet pas directement d’homme à homme.

Comment se manifeste le chikungunya ?

Deux à 10 jours après la piqûre infectante, les premiers symptômes sont observés : très forte fièvre et polyarthrite aiguë (qui touche principalement les poignets et les chevilles, mais aussi les genoux, les articulations des mains et des pieds, plus rarement les hanches ou les épaules), pouvant déboucher sur des arthrites inflammatoires. Cette atteinte articulaire est souvent associée à des maux de tête, des douleurs musculaires importantes, et une éruption cutanée sur le tronc et les membres. Parfois une polyadénopathie cervicale, une conjonctivite et des hémorragies mineures sont observées. L’épidémie survenue à la Réunion a montré l’existence de formes neurologiques graves : des méningo-encéphalites et polyradiculonévrites, décrites principalement chez des personnes âgées et des nouveau-nés. La prise en charge médicale est purement symptomatique et l’évolution de la maladie se fait habituellement vers une amélioration rapide avec la disparition de tous les symptômes en quelques semaines.

 

Chikungunya - InVS

Chikungunya - CDC