Virus Zika, risque de propagation dans plusieurs pays d’Asie et d’Afrique : plus de 2,6 milliards de personnes en danger

En 2015 le virus Zika a choqué la communauté internationale par sa vitesse de propagation sur le continent américain. En effet, il a été détecté et confirmé pour la première fois dans plusieurs états du Brésil en mai 2015 puis en une année seulement sur l’ensemble de l’Amérique du Sud, l’Amérique Latine et les îles Caraïbes. Cette maladie infectieuse peut causer des problèmes de santé chez le nourrisson mais également chez les adultes. C’est pour cela que cette épidémie a été déclarée de portée d’urgence internationale pour la santé publique en février 2016.

 ZikaMapAm

 Aujourd’hui, le virus tend à s’implanter et se développer partout dans le monde dû à plusieurs facteurs :

  • Important trafic de voyageurs en partance de zones déjà infectées
  • Présence locale de moustiques vecteurs
  • Conditions climatiques adéquate/favorable
  • Population dense
  • Niveau de ressources sanitaires

D’autre part, le virus peut se transmettre par voie sexuelle ou sanguine. Aussi,  au 27 juin 2016, plusieurs cas de transmission autochtones ont été confirmé dans plus de 40 pays à travers les Amériques.

L’étude de ces différents facteurs par des chercheurs spécialisés et l’anticipation des mouvements de population permettent de déterminer les pays les plus à risques. Ainsi, au moins 2,6 milliards de personnes situées en Afrique et Asie-Pacifique seraient concernées par ce risque d’exposition au virus zika. The Lancet Infection Diseases a pu déterminer les pays les plus à risques pour les années à venir : l’Inde, la Chine, les Philippines, l’Indonésie, le Nigéria, le Vietnam, le Pakistan et le Bangladesh. Ces conclusions ont pu être faites d’après une étude menée principalement par l’université de Toronto (Canada), la London School of Hygiene & tropical medecine (Angleterre) et l’université d’Oxford (Londres, Angleterre).

 Capture3

Les dépenses de santé par habitant sont l’une des données sur lesquelles l’étude repose : ces informations aident à déterminer la capacité d’un pays à détecter et répondre efficacement à une possible prolifération du virus zika.

Ainsi, The Lancet a proposé 3 scénarii différents de contamination de nouveaux pays par le virus zika :

  • Scénario 1 : modèle conservateur où le risque de transmission du zika est équivalent au risque de transmission de la dengue.
  • Scénario 2 : modèle le plus vrai semblant où le risque de transmission du zika est équivalent au risque de transmission de la dengue + densité des moustiques Aedes aegypti qui est le principal vecteur du virus au sein du pays.
  • Scénario 3 : modèle alarmant où le risque de transmission du zika est équivalent au risque de transmission de la dengue + densité des moustiques Aedes aegypti + densité des moustiques Aedes albopictus qui sont les principaux vecteurs du virus dans le pays.

 Capture2

La Chine est un cas particulier : même si le risque d’intrusion du virus zika est grand : les chercheurs considèrent que les ressources financière et sanitaires du pays sont suffisantes pour limiter le développement du virus au sein du pays notamment en limitant les cas de transmission autochtone.

Le souci de la propagation du virus dans le monde n’est pas seulement limité aux voyageurs provenant de zones infestées se rendant dans des pays non infestés mais également des voyageurs qui partent des pays infestés pour rentrer dans leur pays d’origine. Cette population étant principalement composée d’habitants de pays développés, les chercheurs soulignent l’éducation sanitaire et sexuelle que ces personnes ont reçu ce qui réduit considérablement les risques de transmission autochtones.

Cette étude est un outil stratégique d’aide à la prise de décision qui peut aider les autorités sanitaires locales, nationales et/ou internationales à diriger au mieux leurs ressources médicales et humaines afin de prévenir ou limiter les conséquences sanitaires, économiques et sociales que pourrait causer une implantation du virus zika. Cela est d’autant plus important pour les pays qui ont des ressources sanitaires et financières limitées.

Source étude et graphiques : http://www.thelancet.com/pdfs/journals/laninf/PIIS1473-3099(16)30270-5.pdf

Source image : https://www.statnews.com/2016/01/15/zika-florida-texas-disease-vector-study/